indiana_jonesNous sommes arrivés à un point où le paroissien lambda doit revêtir tous les attributs de l’aventurier Indiana Jones pour découvrir son arche perdue, à savoir les heures et les lieux des cultes dans sa paroisse ! En effet, le quotidien le plus lu par les Vaudois a décidé unilatéralement de ne plus publier ces informations – on a d’ailleurs le droit de s’en offusquer à qui de droit. On pourrait se rabattre sur le mensuel que vous tenez actuellement entre vos mains, mais allez savoir pourquoi les informations sur les cultes y sont regroupées et casées dans un coin, alors que le bon sens eût été de les conserver dans chaque rubrique paroissiale !

Du coup, tout le monde y perd ses repères, et l’Eglise finit par jouer le rôle de la Grande Invisible. Comment réagir ? D’abord, nous devons réaliser que toute bonne communication ne passe pas que par la presse écrite. Dans une Eglise qui tend à s’effacer, les croyants sont les premiers à devoir prendre le relais de la visibilité. Nous ne devons pas avoir peur de porter haut et avec fierté la lumière de l’Evangile qui nous fait vivre ! On n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison (Matthieu 5, 15). Nous ne devons pas avoir peur de devenir des témoins : c’est par nos voix, nos gestes, notre attitude que l’Evangile sera proclamé. L’effet en sera bien plus grand que des mots sur du papier, qui finira de toute façon jeté à la poubelle.