Et si nous étions les Cinque Terre 

A l’Ascension il y a quelques années, je pouvais enfin réaliser un vieux rêve : marcher quelques jours dans les Cinque Terre.  On m’avait beaucoup parlé de la magie de cet endroit, classé patrimoine de l’UNESCO ; informé aussi de cette particularité d’une côte, où l’on ne se déplace qu’à pied, ou en train. Je me suis donc offert 5 à 7 heures de marche chaque jour, d’un village à l’autre, parcourant des sentiers entre ciel et mer, traversant vignobles et oliveraies. Pas de doute : il y a, dans ce paysage, quelque chose de nos chemins de vignes de Lavaux. Même vue plongeante sur l’eau, pentes, villages, un semblable mariage de la culture et de la nature, … jusqu’au classement par la même organisation internationale. (Lorsque j’écrivais ces lignes, je constatais encore que les catastrophes naturelles n’épargnent pas un lieu classé par l’humanité : destruction de nos vignes ici, en 2005, coulées meurtrières cette année, là-bas).

cinque-terre_620x465-300x225Je marchais donc dans ce patrimoine des Cinque Terre, à la fois si différent et si ressemblant. Mais une analogie de plus m’est venue à l’esprit, qui n’a cessé de m’accompagner dans mes réflexions itinérantes : dans quelques mois, nous serions réunis comme « les Cinq Terres de la Région 9  ! » Monterosso, Vernacce, Coringlia, Manarola et Riomaggiore se sont alors présentées à moi comme un miroir de Pully-Paudex, Belmont-Lutry, Villette, Savigny-Forel et Saint-Saphorin. Je réfléchissais d’ores et déjà aux collaborations qui seraient les nôtres. Je pensais au ministère régional qui serait le mien.

Depuis lors, me  voici responsable d’un autre ministère régional : celui de la coordination. Cette nouveau mandat me donne l’occasion de souhaiter, pour tous les ministres et responsables de notre nouvelle région, de se considérer comme travaillant dans les 5 terres qui la constituent. Nous oeuvrons tous sur un territoire à la fois relié et à relier. Si des sentiers ont été coupés ou mal entretenus (comme cela arrive parfois dans un pays fait de vallons), puissent-ils être rétablis ! Non seulement par les régionaux, mais par les paroissiaux. Seuls, les conseils et ministres régionaux ne sauront assurer « l’Esprit 5 » ! Avec 5 pains et 2 poissons, le Christ a rassasié des milliers d’hommes (sans compter les femmes et les enfants !) Avec 5 paroisses et 2 anciennes régions, nous avons de quoi rassasier du monde, nous aussi…

Jean-Baptiste Lipp, Pasteur et Ministre de coordination